Innovation tourisme

Nouveaux modes de consommation comment en profiter : analyse et solutions dans le cas du secteur tourisme en Guadeloupe

Le secteur du tourisme se porte bien, on voyage plus et plus loin.
La façon de réserver son voyage ou de le concevoir a bien changé et s’intensifie.
La nouvelle tendance est le voyage court mais intense, la méthode la dernière minute, la motivation pour un séjour ou un autre est variable.

Les nouvelles technologies de l’information nous ont plongé dans un afflux massif qui permettent aussi aux entreprises ou organismes de tourisme une communication très large à moindre coût, encore faut-il bien cibler son public.

Comment ce touriste moderne choisit-il son voyage ?

Il sait qu’il peut trouver un séjour à tout moment de l’année et adapté à son budget. L’information vient à lui aisément, grands nombres d’outils lui permettent de comparer, choisir et réserver très rapidement. Il est en permanence exposé une proposition, ski, plage, visitez les pyramides, cliquez et allez-y.

Moins l’offre pose de multiples recherches associées comme vol, puis hébergement, puis transport, puis activités, puis découverte, etc. plus l’offre sera accessible.

Le choix de son voyage va se faire que une envie, tel ski ou soleil, un goût particulier, tel «Visitez les pyramides d’Égypte» ou «Allez à la pêche». AirBnB a été le plus avant-gardiste dans la notion des voyages à thème avec l’idée de faire une expérience, car dans tous les cas il s’agit de vendre une idée, une sensation que le visiteur a envie de vivre.

En ce qui concerne la destination Guadeloupe, les études montrent que 70% des visiteurs sont issus de France métropolitaine et que plus de la moitié d’entre eux est récidiviste (1).
La Guadeloupe bénéficie d’une forte notoriété chez les Français de métropole, très connue, bien située, son image principale reste celle d’une destination de plages et cocotiers avec une légère touche culturelle par la créolité et diversifiée en paysage par la montagne et sa configuration archipélagique (2).

Une récente étude montre aussi que le choix d’un voyage des Français de métropole s’opère principalement par le prix, ce qui n’est pas le cas d’autres nationalités européennes (3).

Comment définir son activité pour vendre le produit attendu ?

1. Il faut déjà bien situer son offre dans son environnement économique et géographique.
Par exemple, je suis une activité d’exploration de la mangrove en Guadeloupe située à Sainte-Rose, je suis donc dans une destination soleil, la Guadeloupe, et fais partie d’un sous-ensemble activités de découverte de la nature accessible à tous, sur une zone à forte concurrence.

2. Il faut montrer ses spécificités : ce qui fait de moi le meilleur choix.
Continuons l’exemple, mon bateau peut prendre beaucoup de mondes et ne demande pas d’effort physique, mes avantages sont donc la convivialité et un prix plus attractif.

3. L’activité peut se spécialiser dans un domaine ou pour un public particuliers.
Mon bateau est équipé pour prendre des personnes à mobilité réduite, mon activité donc ouverte à un public spécifique.

4. Mes clients se déplacent pour mon activité d’une demi-journée que puis-je leur proposer pour rentabiliser leur déplacement sur une journée ou un séjour ?
Pour la journée, je propose un repas pic-nique et une excursion à la journée ou je propose un ensemble d’autres activités à faire dans la zone, comme une visite, une randonnée, une plage, etc.
Pour un séjour, je passe des partenariats réciproques avec un hébergement et d’autres activités accessibles sur un même public cible pour créer un produit combiné.

Quels sont les moyens pour vendre son activité ?

Du plus large au plus spécifique, nous avons les portails de mutualisation de vente digitale :

  • Plate-formes internationales telles TripAdvisor, AirBnB, Booking, Abritel pour les Français, encore les labels.
    Leur avantage est de concentrer beaucoup d’offres et donc de faciliter la recherche par des visiteurs sur un seul site. Leur inconvénient, ils fonctionnent comme des catalogues à critères et juxtaposent les offres sans visibilité du charme de chacun.
  • Plate-formes locales, agences, sites de réservation ou comités de tourisme
    Elles fonctionnent de la même façon que les internationales mais présupposent que le visiteur a déjà choisi la destination. Leur rôle est cependant d’investir dans la promotion globale de leur destination et donc de mutualiser des moyens communs
  • Plate-formes, forums, agences sites spécialisés sur une thématique particulière.
    Elles ont l’avantage d’une audience bien ciblée sur le produit mais pas sur la destination

Développer ses propres outils avec la création de son site Internet, pages et comptes réseaux sociaux.

Le gros avantage est que l’expression est libre et personnalisée et les coûts peuvent être très faibles si l’on fait tout soi-même. Les deux désavantages sont le risque de manque de professionnalisme des réalisations rendant le travail de promotion inutile et le temps important à y consacrer.

La vente et la communication traditionnelle

  • Passer par une agence, un Tour Operator ou une billetterie, l’avantage et de confier l’intégralité de sa communication et ses ventes à un tiers pour ne se concentrer qu’au produit.
    Les inconvénients sont la forte commission prise sur l’activité tout en gardant un prix de revient convenable par rapport au marché et la marge à réaliser pour dégager de la plus-value nécessaire et l’absence de maîtrise de son public et ses ventes.
  • Faire de la publicité dans des magasines ou des guides de tourisme.
    Cette solution est aujourd’hui qualifiée de prestigieuse à cause des coûts d’impression plus importants que les coûts numériques, bien que le public aime encore avoir un imprimé. Il existe cependant des solutions de couplage guide imprimé et numérique intéressantes.

Quelles sont donc les solutions efficaces ?

Il va s’en dire que les solutions varient selon le budget, les moyens techniques et le temps à y consacrer et bien évidemment l’activité principale.

Se dégagent tout de même :

  • une constante : professionnaliser sa communication et ses ventes,
  • une méthode : intégrer la communication par produit dans un grand schéma d’objectifs rythmés par l’année de la destination (temps forts, saisons, festivités, périodes de vacances scolaires,…),
  • et une tendance : individualiser sa relation avec les clients en offrant son produit comme une expérience à vivre aux bonnes personnes au bon moment.

Besoin d’une analyse de votre activité et votre communication pour répondre à ces nouveaux modes de consommation ? N’hésitez pas à nous contacter ! 

Auteure
Aline Bougaret
Eidoloon

Références
1 : Observatoire Régional du Tourisme de Guadeloupe – mars 2018
2 : Étude « notoriété et image des Outre-mers » Harris Interactive – septembre 2017
3 : Étude annuelle Social Media de We like to travel « Les destinations françaises sur les réseaux sociaux » – 2018

Laisser un commentaire